Archives de catégorie : Conseils

La rentrée de votre club Toastmasters, c’est en JUILLET que ça s’organise !

 

Pour VOTRE club Toastmasters, la rentrée de SEPTEMBRE, c’est un moment exceptionnel pour faire connaître les activités de votre club à l’extérieur.

Ha bon? Oui, en septembre, après de douces et belles vacances estivales (oui, oui, je vous assure, c’est possible..), l’esprit bien relaxé et reposé, nous avons TOUS cette tendance à vouloir découvrir de nouvelles expériences et peut-être même s’impliquer + facilement dans des nouveaux projets et activités personnelles… et c’est là que vous intervenez !

Oui, pourquoi ne pas profiter de la rentrée pour faire connaître votre club Toastmasters?

En effet, niveau « communication », c’est un temps propice pour booster la communication de votre club Toastmasters et « accrocher » de nouveaux membres !

Niveau « Leadership », c’est aussi une 1ere phase de projet collectif entre les nouveaux membres du bureau ayant pris leurs responsabilités depuis le 01 juillet dernier. Un moment important pour commencer à développer l’énergie de groupe du bureau  et poser des bases solides pour les prochains projets ( ex : organisation d’autres évenements, concours de discours…etc) !

Alors, avec tout ça, quelles sont les ACTIONS à réaliser? Avec QUI? Et COMMENT faire?


ACTIONS :

Quelques suggestions (si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à m’écrire ! )

  • Sortez de votre salle ! Participez à des forums, des évenements, des moments de rencontres avec les autres associations de votre ville ( ex : Assogora à Aix-en-Provence, Vivacité à Marseille…) .
  • Une équipe de Champion ». Profitez de cette période pour monter une « équipe projet » dynamique de membre de votre club ( membre du bureau et autres membres intéressés ) qui participeront à l’organisation et seront présents tout au long de ces événements !
  • « Just do it ». Si il n’y a pas d’évenement : créez-le ! Rapprochez-vous d’une salle école, d’une université, d’un office municipal, d’un bar branché ou d’un endroit remarquable en extérieur (parc, plages, sur un bateau..etc) et organisez un événement type « PORTES OUVERTES » qui permettra de faire découvrir l’univers Toastmasters auprès du grand public, en utilisant des thématiques accrocheuses ( confiance en soi, développer son charisme, dépasser vos peurs lors de vos prisesde parole..etc.)


Avec QUI?

  1. Le président impulse les projets, donne la direction et travaille en groupe avec le comité bureau et aussi, certains membres du clubs prenant l’initiative de s’engager par eux-même. Selon moi, il ne semble pas nécessaire que le président s’implique dans tous les projets, plutôt qu’il suive, mette à disposition les moyens et propose des projets où les membres pourront alors s’investir et vivre des expériences en termes de communication et leadership.
  2. Tous les membres du bureau constituent une ressource pour ces projets.
  3. Aussi, les membres hors-bureau impliqués qui veulent s’engager sur un projet en particulier ( conseils : informez vos membres ! car souvent ils ne sont simplement pas au courant des projets du club et des possibilités d’expériences à vivre.)
  4. Le vice-président aux relations publiques (VPRP) en lien avec le Président, propose et complète les projets de communication, coordonne et organise les équipes, et crée du contenu de communication pour diffusion.

 

Et COMMENT ?

Maintenant, quelques conseils pour maintenir le lien entres membres de Toastmasters pendant l’été :

  1. Tous les membres : gardez le contact pendant l’été! Par email, téléphone, de visu’…. ! Echangez entre vous au sujet des dates, des besoins, de la planification,des « qui fait quoi? » … en prenant en compte que certains liront leur mails à leur rentrée…. Sacré vacances ! 
  2. Les membres du Bureau : « Les mails c’est bien et une bonne réunion de rentrée c’est encore mieux ! » Si vous pouvez poser vos projets autour d’une rencontre tous ensemble (autour d’un verre, d’un repas…etc), c’est l’idéal ! (à partir de fin août?) 
  3. Pour les membres du bureau qui ne prendraient pas de vacances , rencontrez-les ou rencontrez-vous (le club des non-vacanciés! lol). Plus sérieusement, c’est un moment opportun pour échanger tranquillement sur la compréhension de leur rôle et la vision qu’ils en ont pour cette prochaine année. 
  4. Pour terminer, tout ces évenements doivent être accompagnés de matériels de communication : flyers, cartes de visites, roll-up . Pour votre information, découvrez toute la charte graphique Toastmasters International en cliquant ICI  (très bien remplie, une mine d’or!)

BONUS : Le challenge Photo…ou la visite de club !

Si la rentrée c’est en JUILLET que ça s’organise !… en août, nous pouvons aussi continuer à communiquer. Comment ? Profitez des vacances de vos membres pour qu’il continue à vivre l’expérience Toastmasters !

COMMENT?

  1. « Mon magazine Toastmasters, c’est le plus beau! ». DEFI : organisez un challenge PHOTO ! Vous connaissez ça? CLIQUEZ ICI  Maintenant, vous savez! Donc, invitez vos membres à partir avec un magazine Toastmasters dans leurs valises et au premier lieu remarquable :  « clic-clic-photo »! Mettez-les au DEFI de prendre une ou plusieurs photos avec leurs magazines Toastmasters… et leurs plus beaux sourirex (Ultrabrite, de préférence)! 
  2. Ou bien organisez un challenge « visite de CLUB à l’étranger ou en France » : n’hésitez pas à leur proposer de visiter les clubs Toastmasters à l’étranger ( + 15 000 clubs dans le monde)… et  de se prendre en photo ou, d’écrire un petit article sur cette expérience ! Comment trouver un club près de son lieu de vacances? Cliquez ICI

Toutes les photos, vidéos et articles partagés seront des supports de qualité et de notoriété (site internet, blog, newletters, page Facebook, Twitter…etc) pour montrer à TOUS que votre club est dynamique et attractif…. même pendant les vacances!

En espérant que cet article ait pu vous aider à aborder + sereinement votre rentrée Toastmasters. Bonne Vacances à TOUS d’ici là!

Bruno PALAZZOLO, Fondateur et Past-President 2017-2018 Toastmasters Marseille

Témoignage: « La peur de l’orateur » par Teddy Denis

Le 1er septembre 2015, presque par hasard, j’ai assisté à ma première réunion Toastmasters.
Je n’oublierai jamais ma réaction lors de la fameuse session des discours préparés :
« Houaou, je veux faire pareil ! ». Alors, lorsqu’en fin de séance le président a demandé qui souhaitait faire un discours à la prochaine réunion, j’ai sauté sur l’occasion!

C’est ainsi que mon aventure Toastmasters a commencé.
Et dans cette aventure, j’ai rencontré la peur de l’orateur…

D’abord la peur de l’inconnu. Dans le parcours Toastmasters, le but du premier discours est de « Briser la glace », de parler de soi et de se faire connaître aux autres membres du club.
C’est pas le genre d’exercice qu’on fait tous les jours… Mais pour ce discours, je m’étais conditionné. Je me suis dit que la pire chose qui pouvait m’arriver était de me casser une jambe devant tout le monde. Bref, je ne risquais pas grand chose! Néanmoins, quand mon tour est arrivé, j’étais mort de peur. Alors je suis passé en mode « pilote automatique » et j’ai récité mon premier discours rapidement et sur un ton monocorde.

J’ai ensuite découvert la peur du blanc, la peur de sécher, la peur… du fameux trou de mémoire! Au début, j’apprenais donc mes discours par cœur et je les récitais. Mais un jour, j’ai tout de même eu un blanc. Et là, contrairement à tout ce que j’aurais pu croire, le pire ne s’est pas produit. Mon monde ne s’est pas arrêté de tourner. Je suis tout simplement allé à ma place, j’ai regardé mon texte puis j’ai continué mon discours presque comme si de rien n’était.

Rapidement, une autre forme de peur est apparue: la peur de dire des choses inintéressantes, la peur de voir des auditeurs au regard vide, submergés par l’ennui et la fatigue entre deux bâillements difficilement contenus. J’étais terrorisé à l’idée de faire une blague ou d’incorporer un peu d’humour dans mes discours. J’avais peur de ne pas me relever d’un bide éventuel. Pourtant, après quelques blagues réussies et d’autres moins ; Quelques discours avec lesquels j’ai su captiver mon auditoire et d’autres non ; Je n’ai pour le moment pas reçu de tomates! Et je suis fier de tous mes discours comme de toutes mes interventions.

Aujourd’hui, après avoir réalisé la moitié des projets de mon premier manuel « Savoir communiquer » et avoir terminé troisième de notre concours de division, j’ai toujours peur lorsque je dois m’exprimer en public… Chaque prise de parole reste un combat contre moi-même et ma zone de confort. Néanmoins, je suis à des années-lumières de la peur paralysante de mes premières interventions et je compte bien continuer ma progression car, comme le disait si bien Ralph Waldo Emerson :

« Celui qui ne cherche pas chaque jour à vaincre ses peurs, n’a rien compris au secret de la vie »

Teddy Denis

3 techniques pour gérer son stress (par Fabien Delcourt)

Vous flippez avant de prendre la parole en public ? Votre voix tremble dès que vous dîtes les premiers mots d’un discours ou d’une conférence ? Vous pensez que vous allez vous ridiculiser si vous montez sur scène ?
Tout cela est normal. Certaines études montrent que la peur de parler en public serait la peur la plus importante chez les êtres humains ! Ce n’est pas une fatalité parce qu’on peut apprendre à gérer ce stress pour en faire une force et ceci grâce à 3 techniques.

Première technique : la cohérence cardiaque
Avez-vous remarqué que votre cœur commence à s’emballer en situation de stress?
La cohérence cardiaque est une technique très documentée scientifiquement qui a montré ses effets sur le stress et l’anxiété. La technique est très simple : concentrez-vous sur votre respiration. Détendez-vous et réduisez votre rythme respiratoire, cela diminuera votre rythme cardiaque. En effet « l’intelligence du cœur » synchronise le rythme cardiaque sur le rythme de votre respiration.

Le protocole est le suivant : 6 respirations par minutes pendant 5 minutes, 3 fois par jour. Cela permet de diminuer considérablement le stress sur le long terme ! Le protocole n’est pas figé. Si vous êtes en capacité de diminuer le nombre de respirations par minute en augmentant la durée de chaque respiration, faites-le. Classiquement on inspire sur 6 secondes et on expire dans la foulée sur 6 secondes. Maintenant, pour prendre mon propre exemple, je peux osciller entre 1 et 2 respirations par minute, avec 30 secondes d’inspiration et 30 secondes d’expiration ou 15 secondes d’inspiration et 15 secondes d’expiration. A vous de voir selon vos capacités. Il existe des vidéos Youtube pour suivre le rythme. Je vous recommande l’application smartphone Kardia qui est excellente. Vous pouvez régler tous les paramètres.

Deuxième technique : la fixation d’un point
Cette technique est très utilisée pour entrer en état d’hypnose, et pour cause : elle coupe ou diminue très fortement la quantité de pensées chez la plupart des personnes. Pour ce faire, il suffit de fixer un point dans votre environnement, idéalement un peu au dessus de vos yeux. Cela aura pour effet d’absorber votre attention sur ce seul et unique point.

Votre but est de développer la puissance de votre regard et de ne pas lâcher ce point d’un iota. Faire cela, ne serait-ce que quelques dizaines de secondes, fait beaucoup de bien pour déstresser avant de parler en public. Cela marche également dans n’importe quelle circonstance pour couper le « dialogue interne ».

Troisième technique : la méditation
La pratique régulière de la méditation est reconnue pour diminuer le stress et l’anxiété, bien que ce ne soit pas son usage traditionnel. Je vous recommande particulièrement la méditation « pleine conscience » qui consiste à prendre conscience de votre environnement.

Protocole: asseyez-vous sur une chaise ou au sol en tailleur, tenez-vous droit, en creusant les lombaires, fermez les yeux et focalisez-vous sur votre respiration. Dès que vos pensées commencent à vous encombrer, ramenez calmement votre attention sur votre respiration.
La méditation est simplement cet aller-retour de la conscience sur la respiration.

Ensuite vous pouvez progressivement étendre aux autres stimuli de l’environnement : les sensations de votre corps sur le sol, la température, la position de votre corps et chaque point d’appui, les sons extérieurs, la sensation de la respiration, l’air qui entre et sort de vos narines, vos émotions…

Ce qui est intéressant, c’est d’observer les pensées sans se faire embarquer par elles, un peu comme si vous regardiez les nuages passer… Une pratique de 5 à 10 minutes par jour suffit à modifier la structure anatomique du cerveau en quelques semaines ! Au programme : plus de bonheur, moins de stress et d’anxiété, meilleur sommeil, plus d’énergie…

www.fabiendelcourt.com